Concours Etonnants Voyageurs 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Concours Etonnants Voyageurs 2012

Message  Admin le Mer 11 Avr - 13:42

Avril 2012- Julie - Collège de Semur-en-Auxois- Mme CABAU

Concours Etonnants Voyageurs: Ecris la suite d'un incipit. Julie termine 3ème de l'académie

Kosmas et le médaillon merveilleux


Kosmas rencontrait des Amazones pour la première fois. Assis sur les genoux, les mains posées à plat sur le sol, il attendait. La poussière et l’odeur âcre des montures
lui piquaient les narines. De temps à autre, il essuyait d’un revers de manche la sueur qui perlait à son front, sans parvenir à chasser le bourdonnement de la foire ni la chaleur accablante sur ses épaules.
La totalité de ses marchandises tenait sur un tapis usé : les maigres richesses d’un “pied poudreux” encore novice, au tout début de sa vie d’arpenteur du désert. Mais la
fortune ne sourit qu’à ceux qui la tentent. Son oncle, par exemple, avait commencé avec beaucoup moins que ça, et maintenant c’était un riche négociant qui conduisait
des caravanes de trois cent têtes jusqu’à la mer Noire.
Regroupées derrière une double rangée de peaux de loups bleus étalées en demi-cercle, les Amazones attendaient, elles aussi… Leurs petits chevaux, taillés pour la
course, tapaient du sabot en fouettant les mouches à coups de queue énervés. Celle qui lui faisait face, assise en tailleur et les mains jointes, le regardait sans le voir,
toute entière plongée dans l’ombre de cet arbre gigantesque qui l’abritait avec ses compagnes. Kosmas la vit se pencher pour écouter un chuchotement de sa voisine, et, tandis qu’elle redressait vivement la tête en balayant sa chevelure du bout des doigts, il eut le temps d’apercevoir qu’il lui manquait l’oreille droite.

Soudain elle se leva et vint s’accroupir devant lui. Elle s’empara sans un mot d’un fin collier de cuir qu’il avait disposé près d’une gaine de couteau en corne, et l’éleva entre le pouce et l’index. Au bout du collier tournoyait un pendentif, un petit serpent d’or.
« Que veux-tu en échange ? » demanda-t-elle dans sa langue rude.
"Qu'as-tu à me proposer? " répondit Kosmas avec une pointe d'agressivité dans la voix.
"Eh, bien, j'ai ce magnifique médaillon, qui parait-il est magique!" Elle agita sous le nez du garçon un petit médaillon en or.
"Magique?" interrogea Kosmas avec incrédulité
Mais, l'amazone était déjà partie, emportant avec elle, le collier en cuir et laissant au jeune garçon, le petit bijou en or.

A la tombée de la nuit, Kosmas prit Aséké, son dromadaire, afin de rentrer chez lui. Depuis la disparition de son père deux ans plus tôt, il vivait seul avec sa mère en plein cœur de l'Inde sauvage, dans une petite maison de briques cuites.
En arrivant, sa maman lui demanda:
« Bonsoir Kosmas, as-tu bien vendu?
- Non, très peu, par contre, en échange du collier en cuir, j'ai eu ce beau médaillon, répondit le garçon, laissant pendre le bijou sous l’œil indifférent de sa mère. »
Après un maigre repas, Kosmas alla dans son étroite chambre composée d'une minuscule fenêtre, d'une chaise et d'un lit en paille. Dans la nuit, la pluie se mit à tomber et le vent à souffler si fort qu'il claquait contre la fenêtre du jeune garçon.

Kosmas en sueur fut réveillé par une étrange lumière produite par le médaillon. Le jeune garçon, plutôt intrigué, saisit le minuscule bijou. Au moment où il le retournait, pris entre son pouce et son index, ce dernier se mit à parler:
"Dans la tombe de l'ancien maharadja
Tu trouveras
Un indice que tu liras
car, il te guidera"

Kosmas frémit et reposa le bijou, incapable de retrouver le sommeil : Avait-t-il rêvé? Le médaillon avait-il réellement parlé? Etait-il magique?
Au petit matin, il décida, finalement, de partir à la recherche de l’indice. Il ne cessait de tourner et de retourner la prophétie dans sa tête. Aussi, malgré le désaccord de sa mère, Kosmas rassembla toutes ses affaires et prit la route avec Aséké, son fidèle compagnon. Il prit la direction de Jodhpur, route qui devait le mener ensuite à Delhi. Après plusieurs jours passés sous une chaleur torride, il arriva à la capitale où se trouvait le tombeau de l'ancien maharadja. Ce jour là, c'était mercredi, jour de marché. Il s'immergea dans la foule, mais se révéla incapable de trouver seul la bonne direction, distraits par tous ces étals qui proposaient des épices aux senteurs alléchantes et des étoffes aux couleurs rayonnantes.

Il se décida à demander l’aide d’un vieil homme et parvint enfin à son but. A l’ombre d’un grand arbre, il vit une croix sur laquelle était inscrit « tombe de Nataraj Rajkush Shalimar, ancien maharadja ». Il en fit le tour, à la recherche d'une inscription ou d'un indice, mais du s'avouer vaincu au bout d'une vingtaine de minutes. Il s'assit en pleurant sur une pierre et de colère, balança son médaillon sur la tombe en criant de rage :
"Ai-je donc fait tout ce voyage pour rien ?"
Au même moment, le choc du médaillon contre la sépulture fit apparaître un nouveau message:
"C'est dans le désert que tu iras
car, c'est là-bas que tu trouveras
une aide qui te servira
à cheval, elle sera
mais, attention elle ne le sait pas."

Harassé de fatigue par cette journée et ce long trajet, Kosmas s’endormit "à la belle étoile" non loin de la sépulture. La nuit passa et une fois le soleil levé, le jeune garçon se mit en route pour le désert.

Trop pressé de mener à bien sa quête, Kosmas n’avait pas prévu une réserve d’eau suffisante. A mi-chemin, le jeune garçon se mit à voir des mirages puis s'évanouit!
" Petit vendeur de collier" dit une voix douce et féminine. Alors, il ouvrit enfin les yeux et découvrit devant lui une jeune fille au teint mat et à la chevelure brune coiffé d'une longue tresse ; c'était l'amazone avec qui il avait échangé le collier en cuir. Puis, il aperçut un cheval et pensa alors que c'était elle l'aide dont il avait besoin.
"Oh, c'est vous qui devez m'aider" dit Kosmas
"- Moi? répondit la jeune femme
"- Oui. Votre médaillon a parlé et m'a dit d'aller au tombeau de l'ancien maharadja puis de trouver une aide qui serait à cheval."
Le jeune homme se leva et s'approcha d'elle, mais tout à coup, le vent se mit à souffler fort, les deux colliers s'envolèrent et s’emmêlèrent. Les nuages s'obscurcirent et un bruit sourd tel un cheval au galop se fit entendre. Un somptueux palais apparut au cœur d’une tempête de sable, sous les yeux émerveillés de Kosmas et de la jeune amazone. Sa façade orangée était percé d'une multitude de fenêtre. Il était entouré d'un jardin constitué de palmier et d'une fontaine en or.
Devant était postée une femme qui se décida à s'approcher d'eux.
" Es-tu bien Kosmas, demanda la femme.
- Oui, mais vous, qui êtes-vous? Répondit avec crainte le jeune garçon.
- Je m'appelle Rahini, je suis la voix du médaillon et tu m'as délivrée de mon sort en obéissant à mes ordres et en accomplissant ma quête. Pour te remercier, je vais réaliser l’un de tes souhaits! Quel est ton vœu le plus cher? »
Kosmas eut soudain les larmes aux yeux et hésita avant de murmurer :
« Oh, j'aimerais tant retrouver mon père qui a disparu !"

A peine avait-il prononcé ces mots que le palais s’enfonça dans le sable. Emergea alors de la brume la silhouette d’un homme. Kosmas se précipita dans ses bras, tellement heureux de retrouver son père qu’il ne se rendit pas compte que l’amazone avait, elle aussi, disparu. Le père et le fils rentrèrent alors à leur maison. Kosmas était fier de lui car sa bravoure lui avait permit de retrouver un être cher et dans sa tête, il se dit :

«Merci belle Amazone, merci Rahini ».


Dernière édition par Admin le Dim 27 Oct - 9:59, édité 2 fois

Admin
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 29/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://centmotssansmaux.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours Etonnants Voyageurs 2012

Message  Admin le Mer 11 Avr - 13:43

Avril 2012- Arthur - Collège de Semur-en-Auxois- Mlle CABAU

Concours Etonnants Voyageurs: Ecris la suite d'un incipit. Arthur termine 4ème de l'académie


Le sercret de Ramalacouff
Kosmas rencontrait des Amazones pour la première fois. Assis sur les genoux, les mains posées à plat sur le sol, il attendait. La poussière et l’odeur âcre des montures lui piquaient les narines. De temps à autre, il essuyait d’un revers de manche la sueur qui perlait à son front, sans parvenir à chasser le bourdonnement de la foire ni la chaleur accablante sur ses épaules.
La totalité de ses marchandises tenait sur un tapis usé : les maigres richesses d’un “pied poudreux” encore novice, au tout début de sa vie d’arpenteur du désert. Mais la fortune ne sourit qu’à ceux qui la tentent. Son oncle, par exemple, avait commencé avec beaucoup moins que ça, et maintenant c’était un riche négociant qui conduisait des caravanes de trois cent têtes jusqu’à la mer Noire.
Regroupées derrière une double rangée de peaux de loups bleus étalées en demi-cercle, les Amazones attendaient, elles aussi… Leurs petits chevaux, taillés pour la course, tapaient du sabot en fouettant les mouches à coups de queue énervés.
Celle qui lui faisait face, assise en tailleur et les mains jointes, le regardait sans le voir, toute entière plongée dans l’ombre de cet arbre gigantesque qui l’abritait avec ses compagnes. Kosmas la vit se pencher pour écouter un chuchotement de sa voisine, et, tandis qu’elle redressait vivement la tête en balayant sa chevelure du bout des doigts, il eut le temps d’apercevoir qu’il lui manquait l’oreille droite.
Soudain elle se leva et vint s’accroupir devant lui. Elle s’empara sans un mot d’un fin collier de cuir qu’il avait disposé près d’une gaine de couteau en corne, et l’éleva entre le pouce et l’index. Au bout du collier tournoyait un pendentif, un petit serpent d’or.
« Que veux-tu en échange ? » demanda-t-elle dans sa langue rude.
« Ce n’est pas à échanger ! » répondit-il avec une pointe d’agressivité.
« Pourquoi? » lui demanda-t-elle.
« Parce que ce n’est pas à moi…» répondit Kosmas.
Elle le regarda avec incrédulité avant de le questionner de nouveau :
« Mais alors à qui appartient-il ? »
Kosmas ne prit même pas la peine de répondre et préféra promener son regard autour de lui : le temps était radieux, de majestueux arbres se dressaient le long de la foire, les vêtements des marchands apportaient de petites notes de couleur rouge et dorée, les oiseaux chantaient. Les marchants criaient. Des chevaux couraient dans la plaine et de petites vagues de brise soufflaient de temps en temps.
Soudain une vieille femme vint interrompre sa rêverie et dit :
«Tu viens Anna ? Mais que vois-je !? Ce ne serait pas le collier de  RAMALACOUFF LE GRAND!? ».
«RAMALACOUFF LE GRAND!? Mais qui-est-ce? » demandèrent en même temps Kosmas et la jeune amazone.
«RAMALACOUFF LE GRAND était sans doute le plus grand des empereurs Maya du IIIème siècle. Il était aussi appelé "Empereur-serpent". Il y a une très vieille légende qui raconte qu’avant de mourir, il est allé dans un temple inhabité et y a laissé un collier décoré d’un serpent de cristal. Apparemment le collier serait transmis de génération en génération. La légende raconte qu’un jour son descendant ira dans ce temple et y placera le collier. Une porte alors s’ouvrira et le trésor de l’empereur-serpent se trouvera révélé » leur expliqua-t-elle.
La vieille femme observa Kosma pendant de longues secondes et poursuivit d’un air énigmatique :
« Ton destin semble lié à ce collier et à celui de l’Empereur serpent. Il te faudra découvrir pourquoi ? Si tu veux, nous t’y aiderons, Anna et moi. »

Ils partirent en direction de la tente d’Anna. Ils dormirent et le lendemain, ils entreprirent un voyage au Pérou.
Le voyage commença. Ils allèrent tout d’abord en Europe. Ensuite ils prirent le bateau pour aller en Amérique du sud, en plein milieu de l’océan Atlantique le bateau coula et ils arrivèrent en Amérique du sud en canot de sauvetage. Ils allèrent au Pérou à dos d’ânes.

Enfin arrivés au Pérou Monica, Anna et Kosmas suivirent une rivière où autrefois on trouvait de l’or. Ils marchèrent, combattirent des animaux féroces, dormirent entre de grosses racines couvertes de mousse, se frayèrent un chemin parmi les plantes exotiques. Au bout de quelques semaines, ils virent un temple. Il était très vieux, des plantes s’incrustaient dans les pierres et il y avait des milliers de nids d’oiseaux.
Ils entrèrent dans ce temple, le fouillèrent de fond en comble, mais rien, aucune trace de ce mystérieux emplacement. Ils repartirent sur la route des autres temples où l’empereur-serpent se rendait souvent. Ils longeaient de nouveau la rivière quand, tout à coup, ils virent une pierre sur laquelle un texte était écrit dans une langue très étrange. Monica et Anna passèrent leurs doigts sur les minuscules signes sans parvenir à les déchiffrer.
Kosmas se figea et balbutia : « Descendant de RAMALACOUFF LE GRAND, si vous cherchez son trésor, répondez à cette énigme : les peuples civilisés aiment la goûter, mais les animaux sont là pour la protéger. Avec eux, il faut parler, et là, son trésor vous contemplerez».    
« La rivière ! Il faut plonger dans la rivière ! Mais il faut que je parle aux animaux qui y habitent pour qu’ils me laissent passer » s’exclama Kosmas.

Il appela les animaux de la rivière qui étaient les gardiens de la rivière et discuta avec eux pendant deux jours et deux nuits. Le jeune homme eut raison de sa ténacité car les animaux lui accordèrent finalement un droit de passage.
Il raconta tout à ses deux amis et ils plongèrent aussitôt dans cette immense rivière. Au bout de quelques instants sous l’eau, ils arrivèrent vers un temple sous-marin sur lequel des serpents se logeaient. Ils inspectèrent les lieux et  trouvèrent l’emplacement sacré. Kosmas y plaça le collier et soudain, le temple remonta à la surface et une porte s’ouvrit. Kosmas, Monica et Anna entrèrent prudemment dans une pièce dissimulée par la porte principale. Et là ils virent que le trésor de RAMALACOUFF LE GRAND était constitué de montagnes de bonbons mais pas n’importe quels bonbons. Des Marshmallos. Ils mangèrent, mangèrent jusqu’à s’en rendre malade.

Admin
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 29/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://centmotssansmaux.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum